Une initiative citoyenne de vigilance…

 

Ce modeste site internet a été créé par des citoyens de Québec afin de colliger et diffuser l’information et les témoignages sur les impacts environnementaux des activités industrielles au Port de Québec.

N’hésitez pas à nous faire part de vos observations via les commentaires ou encore en privé à:    vigilanceportdequebec@gmail.com.

De plus, si vous êtes personnellement touchés par la problématique de la poussière excessive, nous vous invitons à nous transmettre vos coordonnées via la page Inscription afin de bonifier la carte des témoignages.

Merci pour votre collaboration.

Véronique Lalande et Louis Duchesne, résidents de Limoilou.

Points saillants…

  • Rapport d’analyse des concentrations de métaux dans l’air ambiant du territoire de Limoilou.
  • Rapport d’analyse de la provenance du nickel dans l’air ambiant du territoire de Limoilou en fonction de la direction des rafales de vent
  • Requête adressée aux Directions régionales de santé publique de la Capitale-Nationale et de Chaudières-Appalaches.
  • Requête adressée à l’Administration portuaire de Québec.
  • Rapport du MDDEFP sur la source de contamination au nickel.
  • Avis de santé publique de la Direction régionale de santé publique.
  • Support visuel de la rencontre d’information citoyenne du 28 avril 2013.
  • Rapport d’analyse des concentrations de nickel dans l’air ambiant des quartiers Limoilou et Vanier (d’avril 2012 à mai 2013).
  • Critique du projet de terminal de granules de bois à l’Anse-au-Foulon

ImageFacebook_3ImageFacebook4


Commentaire

Une initiative citoyenne de vigilance… — 194 commentaires

  1. Dans toute cette histoire nous nous sommes fait des ennemis, mais aussi des amis. Avant d’entrer dans le vif du sujet, nous voulons envoyer notre amitié sincère à Raymond Côté et toute son équipe qui ont eu des heures éprouvantes aujourd’hui.

    Certains d’entre vous l’aurons peut-être déjà appris par les médias, mais nous sommes très heureux de vous annoncer qu’en date d’aujourd’hui un pas important a été franchi. L’Administration portuaire de Québec et la Compagnie d’arrimage de Québec devront faire face à la justice puisque le premier recours collectif, sur l’incident du 26 octobre uniquement, a été autorisé par la Cours Supérieure.

    Quelques éléments ont été mis de côté, comme l’injonction et les dommages punitifs, mais nous avons bon espoir qu’ils passeront le cap lors de l’autorisation du deuxième recours qui porte sur l’ensemble de la contamination sur trois ans. Déception aussi du léger recadrage du périmètre qui enlève la portion St-Sacrement en basse-ville pour laquelle nous avions pourtant des témoignages.

    Ce n’est aussi qu’un début, on sait que la partie sera difficile, mais malgré tout… c’est une IMMENSE victoire pour les citoyens et pour la justice! Avec l’autorisation, jamais ces deux organisations n’ont été aussi près de devoir assumer leur responsabilités envers notre communauté. Nous avons toutes les raisons d’être fiers.

    Un grand merci à Michel Bélanger notre avocat extraordinaire et dévoué, mais aussi à tous ceux qui nous ont supportés durant ce long processus. Si ce n’est déjà fait je vous invite à vous inscrire au recours collectif (pour l’instant votre inscription vaut pour les deux recours) en suivant le lien sur notre site accessible à partir de l’onglet recours où vous pourrez aussi trouver bientôt le lien vers le jugement.

    Par ailleurs, nous vous invitons à visionner l’émission Mise à jour sur MAtv maintenant disponible sur internet.

  2. Bonjour à tous,

    en marge de la journée porte ouverte au Port de Québec ce dimanche deux options s’offre à vous:

    1. Participez activement aux activités et faire du bruit en dénonçant de toutes les façons cette mascarade. Posez des questions désagréables aux entreprises, interpellez les autres citoyens sur place pour les sensibiliser à la problématique, maquillez-vous en rouge, portez un masque contre la poussière et joignez-vous au groupe de citoyens qui accueillera les plaisanciers au Quai St-André pour l’ouverture de l’activité à 9h30.

    2. Boycottez l’événement au complet et profitez-en plutôt pour sensibiliser vos voisins et amis. J’organise aussi ma propre journée porte ouverte, à la maison. Entre 12h et 17h j’accueillerai quiconque à envie de s’informer réellement de la problématique. Il n’y aura pas de clown, pas de spectacle, pas de confettis mais de promet la vérité!

    • Un extrait qui nous fait réfléchir d’Adolphe-Basile Routhier,
      À l’aurore du XXe siècle, la Compagnie de Publication Samuel de Champlain, 1900

      « Ôtez la mer à Naples, et le Bosphore à Constantinople; nivelez les collines où s’étagent les frontons et les dômes de Rome, et ces villes n’auront plus ni caractère ni beauté pittoresques.

      La Tamise et la Seine sont des fleuves bien maigres; mais, si vous alliez les supprimer, vous enlèveriez à Londres et à Paris une très grande partie de leurs beautés.

      La cité de Québec est, sous ce rapport, l’enfant gâtée de la nature. Elle est bâtie sur un promontoire qui est à la fois une montagne et une presqu’île. Le plus beau fleuve du monde en fait presque le tour, et, grâce au concours que lui donne le plus humble de ses tributaires, le superbe promontoire qui sert de piédestal à Québec, baigne ses pieds au sud, à l’est et au nord-est dans le fleuve Saint-Laurent, au nord et au nord-ouest dans la rivière Saint-Charles. »

      Un constat que l’on a oublié lorsque l’on constate que Québec, ville de patrimoine mondial de l’UNESCO, est entrain de se faire défigurer des deux côtés du Cap Diamant par des activités portuaires envahissantes.

      La voie maritime possède d’autres alternatives que Québec ayant moins d’impacts environnementaux sur la population.

      La notion d’économie du paysage est démontrée et devrait faire partie d’une étude des gouvernements québécois et canadien. Celle-ci serait avisée avant les élections fédérales afin de faire les bons choix.

      Gilles Charron

    • Et bien moi madame Lalande j’ai participé activement avec ma famille aux activités.
      C’était tres bien organisé, ça m’a permis de rencontrer plusieurs intervenants du milieu, et de me renseigner sur tout ce qui se passe dans le Port de Quebec, qui en passant est essentiel à l’économie de la ville de Québec.
      Ma seul déception, les journalistes ne m’ont pas interrogé. Au Québec, c’est plus facile d’être Contre, que pour…..

      • Bonjour M. Noël,

        Je peux confirmer que l’organisation était en effet impeccable et que le divertissement en valait le détour. Plusieurs de nos vigies ont d’ailleurs participé activement, même si elles nous ont plutôt rapporté des failles importantes sur le plan de la transparence. Ce que nous déplorons c’est que cette fête tienne lieu et place d’un règlement du problème de fond qui lui est toujours aussi important. Pour ce qui est du caractère essentiel à l’économie, je vous répondrai que pour notre ville, dont le principal positionnement économique est centré sur les activités récréo-touristiques, l’économie du savoirs et des services, les activités de vrac génèrent des retombées très limités comparativement aux troubles et aux coûts assumées par la communauté. Je termine en réitérant que nous ne militons contre rien mais pour un milieu urbain plus sain, et que c’est loin d’être facile. Merci néanmoins de contribuer au débat par votre commentaire.

  3. Aujourd’hui plusieurs de nos élus et élites se sont enfin retrouvés pour la célébration de la réconciliation. Le Port de Québec peut maintenant revenir à son agenda, si légèrement décalé par notre vigilance, et aller de l’avant avec ses projets de développement. Non seulement il aura le support de nos représentants, mais il pourra aussi compter sur l’argent de nos taxes et impôts pour le faire!

    La situation qui nous a mobilisé il y aura bientôt deux ans n’a même pas évoluer d’un nanogramme et pourtant nous sommes à l’aube de comprendre vraiment ce que vivre à moins de deux kilomètres de l’équivalent d’une gigantesque mine à ciel ouvert veut vraiment dire. Que la dégradation de nos biens et les atteintes à notre qualité de vie ne soient pas considérées, passe encore… mais quand même la vie de nos enfants ne fait plus le poids dans les décisions, que reste-t-il?

    Vous avez le droit et le devoir de faire entendre votre voix pour dénoncer cette agrandissement illégal, immoral et irresponsable. Nous sommes des centaines, si chacun de vous pose ce geste et mobilise son entourage immédiat un mince espoir est encore possible.

    • Moi je constate plutôt que nos élus et élites ont finalement réalisé que le message véhiculé par votre groupe de vigilance était grossièrement exagéré, démesuré et purement politique!

      Par vos interventions, vous avez terni la réputation d’une honnête compagnie de Québec, une compagnie exceptionnelle qui emploie des centaines de personnes dans notre belle ville! Vous avez le droit à votre opinion, mais quand on pousse trop fort comme vous l’avez fait (je parle ici d’écrire aux clients et de décourager ceux-ci de faire affaire avec cette compagnie), ça risque un jour ou l’autre de se retourner contre vous.

      Ce jour est arrivé et on assiste maintenant au retour du balancier …

      • Bonjour M. Desbiens,

        Notre mission est toujours la même qu’au moment de la création de l’initiative: colliger et diffuser l’information et les témoignages sur les impacts environnementaux des activités industrielles au Port de Québec. Si ces impacts étaient grossièrement exagérés comme vous le dites et si ma démarche était orientée à des fins partisanes, croyez-vous sincèrement que le débat serait toujours fort après bientôt deux ans? Pour ce qui est de tenir l’image, comme je l’ai mentionné plus d’une fois, je ne fais que lever un miroir. Si l’image est terne, ne blâmez pas le miroir! Pour ce qui est des centaines d’employés, pour être précis il s’agit en fait d’environ 200 personnes. Ce n’est pas rien, je vous l’accorde, mais c’est bien peu à l’échelle d’une ville comme Québec. De plus, modifier les modes opératoires pour faire toutes les opérations à couvert permettrait non seulement de préserver ces emplois sur le long terme, mais aussi d’en créer beaucoup plus tout en limitant les pertes et en réduisant les coûts assumés par la communauté. Ça permettrait surtout de préserver la santé de ces de travailleurs et celle des milliers de citoyens vivant à proximité des installations portuaires Est-ce le genre de discours extrême que vous dénoncez? Je reste profondément déçue de voir que nos élites et certains de nos élus, c’est à dire une poignée de gens, restent aussi insensibles à la détresse d’une population qu’ils ont le privilège de servir. Je suis par contre d’une race qui ne baisse pas les bras, la plus élémentaire des justices triomphe toujours si on reste déterminé. Merci néanmoins de votre commentaire qui alimente le débat.

        • Mme Lalande,

          « colliger et diffuser l’information »

          Un peu de recherche de votre part SVP : Groupe Arrimage Québec, c’est 11 compagnies d’arrimage, 25 terminaux et un grand total de 1300 employés! (source : http://www.qsl.com/fr/groupe.html)

          Quand vous dites du négatif et des faussetés sur Arrimage Québec, c’est toutes ses filiales qui écopent et aussi ses 1300 employés!

          Et là je ne parle pas du nombre d’employés de l’Administration Portuaire de Québec, ni de tous les emplois indirects qui en découlent.

          L’évidence que vous refusez d’admettre, est que l’économie reliée aux activités portuaires de la Ville de Québec est loin d’être négligeable.

          Je regrette mais vos convictions politiques de gauche vous rendent totalement biaisée et vous fait perdre votre crédibilité.

          Bien à vous.

          • M. Desbiens,

            La dernière activité porte ouverte au Port de Québec nous aura au moins permise de remettre à jour notre inventaire des emplois réels à Québec pour les différents utilisateurs. Pour la Compagnie Arrimage Québec le nombre qui nous a été communiqué directement par eux est 250, alors que le bassin de population touché par les impacts des activités industrielles dans le vrac atteint près de 100 000 personnes et que les coûts sont supportés par l’ensemble de la population de Québec et du Québec. La manutention et l’entreposage demande de grands espaces, peu de main-d’oeuvre et est généralement reconnu pour être une activité à très faible valeur ajoutée pour la communauté comparativement à d’autres activités portuaires comme les croisières, la construction navale, la navigation de plaisance et même l’utilisation du littoral à des fins récréotouristiques. Si Arrimage veut retourner couler des jours paisibles à développer son industrie au cœur d’une ville du patrimoine mondiale densément peuplée, elle n’a qu’une chose à faire: se doter de systèmes de transbordements étanches et de mécanismes de manutention et d’entreposage à couvert. Plus à gauche que ça et je reviendrais à droite! Encore une fois, ce n’est pas nous qui avons généré un problème chronique d’émission de particules fugitives, ce n’est pas nous qui avons reçu des avis de non-conformité pour avoir émis des polluants dans l’atmosphère, ce n’est pas nous qui avons choisi de procéder à des aménagements sans obtenir les autorisations nécessaires. L’Administration portuaire de Québec et son opérateur sont les seuls à être responsables du gâchis actuel comme ils sont les seuls à pouvoir s’en sortir. Merci de nous donner l’occasion de réitérer ces précisions importantes.

  4. Suite aux résultats d’échantillonnage des sols diffusés par le ministère,http://www.mddelcc.gouv.qc.ca/air/ambiant/nickel-limoilou/sols-limoilou.pdf nous nous permettons quelques commentaires.

    D’entrée de jeu, nous saluons le travail rigoureux des fonctionnaires du MDDELCC, la grande transparence, mais surtout le profond respect des préoccupations citoyennes. Selon notre lecture, ce rapport confirme ce que nous disons depuis près de deux ans. Bien que les concentrations de métaux lourds dans les sols respectent actuellement les normes pour les usages, la situation est très préoccupante. Les métaux s’accumulent en surface et contaminent, lentement mais surement, notre territoire.

    Voici en vrac nos premières observations,
    - Au-delà des normes, des métaux ce sont effectivement accumulés dans l’environnement et en fonction de la nature des contaminants et de la direction des vents il semble plus que probable que les activités industrielles au Port de Québec en soit la cause.
    - Pour plusieurs sites échantillonnés, il s’agit de terrain récemment aménagés, ce qui suggèrent une contamination contemporaine.
    - Encore une fois nous retrouvons les mêmes éléments: les principaux métaux non-ferreux manutentionnés au Port de Québec (zinc, cuivre, nickel), une contamination de surface ainsi qu’un lien avec les vents dominants et la position du Port.
    - Les résultats des échantillonnages de surface 0-5, comparativement aux autres strates, indiquent que généralement la contamination se fait «par le haut». Comprendre qu’elle origine des dépositions, et qu’elle est moins reliée aux vocations et usages historiques du terrain. Cette accumulation se fait en continu, à l’image de la fine couche de poussière que tous les citoyens sont en mesure d’observer sur les meubles, les balcons et les bords de fenêtre. Il est pour nous évident qu’il y en a aujourd’hui plus qu’hier et moins que demain.

    Nous répétons depuis le tout début qu’il faut sortir de l’exploratoire, de l’incident et de Limoilou. À quand un réel portrait de l’ensemble des impacts des activités industrielles au Port de Québec sur l’ensemble du territoire Capitale-Nationale et Chaudière-Appalache? De plus, nous rappelons que la Politique de protection des sols et de réhabilitation des terrains contaminés se base entre autre sur les grands principes suivants:la prévention, le pollueur-payeur et l’équité.

    Devons-nous attendre que les normes soient dépassées pour les usages résidentiels, récréatifs et institutionnels sur un vaste territoire avant d’agir? Dans 5, 10, 15 ans devrons-nous changer la vocation du centre-ville de Québec pour uniquement industrielle? Pourquoi la communauté devrait assumer tous les frais? De notre point de vue, ce rapport est une sonnette d’alarme et les autorités doivent agir rapidement pour stopper la source de contamination et éviter le pire. Les faits sont là, les méthodes connues, les acteurs identifiés: il est temps d’agir!

  5. bonjour à tous je reviens vers vous pour vous donner une bonne nouvelle, nous connaissons nous aussi un problème d’urbanisme visant à détruire notre nature et à polluer d’avantage notre environnement en rendant aussi plus accrus les dangers routiers pour nous et nos enfants, si petits sommes nous devant ces grands groupes , aujourd’hui je viens partager une bonne nouvelle, nous faisons retarder le projet grâce à notre lutte a notre mobilisation, la bataille n’est pas finie mais l’espoir est grand pour nous, ce que je veux vous transmettre c’est cela, ne perdez pas espoir continuez à vous mobilisez faites vous entendre dans le monde, ici on parle de vous on parle aussi de vos sables bitumeux, ne pensez pas que les choses s’arrêtent au bords des frontières, je vous soutient et je mobilise comme je peux aussi des gens de mon pays pour vous, nous n’avons pas forcément les même façons de nous battre mais nos convictions nous mènent aux mêmes résultats, je vous envoie du courage et de l’amitié de France, chaque petites pierres posées au même endroit feront un jour une grande montagne ne l’oubliez pas. courage à tous !!

  6. soucieuse et vigilante quand à la qualité de vie pour nous et les générations futures, dans mon pays (France) mais partout dans le monde où il est nécessaire de se mobiliser, je vous soutient !

    • Merci Anne-Marie pour ces bons mots et pour le soutien, c’est en effet une lutte de tous les instants et planétaire que de défendre nos milieux de vie!

  7. Bonjour à tous,

    Nous sommes à ce jour des centaines de vigilants à travailler activement pour un milieu urbain plus sain à Limoilou, dans St-Roch, St-Sauveur, St-Jean-Baptiste et Montcalm, dans le Vieux-Québec, au Cap-Blanc et sur la belle côte de Lévis.

    Je sais que c’est difficile de se mobiliser et qu’en bout de ligne on se demande vraiment si ça donne quelque chose. Nous vous invitons néanmoins personnellement à poser un petit geste au grande conséquence en assistant demain à cette rencontre historique où vous aurez enfin la chance de questionner tous les acteurs concernés par notre problématique.

    Nous vous y attendrons nombreux et plus vigilants que jamais.

    Véro, Louis et Léo!

    Rencontre annuelle d’information publique du Comité de vigilance des activités portuaires -19h

    Centre communautaire St-Roch
    230 rue du Pont (coin Prince-Édouard)

  8. Québec, le 12 mai 2014 – Les membres du Comité de vigilance des activités portuaires (CVAP) invitent la population à la première rencontre annuelle d’information publique.

    (Intersection de la rue du Pont et de la rue Prince-Édouard, stationnement disponible)

    Lors de cette rencontre, le CVAP présentera le bilan de ses travaux de sa première année d’existence. Une période de questions et commentaires du public est prévue.

    Rappelons que le CVAP a été mis en place conjointement par le gouvernement du Québec et la Ville de Québec au printemps 2013 en relation avec les différents épisodes de poussières en provenance des activités portuaires.

    Le CVAP est composé de représentants des citoyens du voisinage (6), de représentants des groupes environnementaux (2), de représentants de la Ville de Québec (2), de représentants des élu(e)s du conseil municipal – le ou la présidente du conseil d’arrondissement de La Cité-Limoilou (1), d’un élu (1), d’un représentant de l’administration portuaire (1), d’un représentant du comité de relation avec la communauté du Port de Québec (1) et de représentants des autorités et services publics (4).

    http://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/arrondissements/nouvelles/nouvelles_lacitelimoilou_details.aspx?id=13544

  9. Bonjour à tous,

    Certains nous avaient déjà rapporté l’incident hier et Arrimage a confirmé un nouvel épisode de poussière. Si des vigies ont des témoignages ou même des images, merci de nous les communiquer.

    Johanne Lapointe d’Arrimage Québec explique le «phénomène» sur les ondes du 98.5 comme s’il s’agissait d’une aurore boréale ou une éclipse solaire… sans excuse, sans malaise. Nous rappelons que si les conditions météos font en sorte que certains épisodes sont visibles, le «phénomène», lui est en continu. La quantité hallucinante de poussière que nous avons eu durant le printemps en est la preuve. Où sont donc toutes ces mesures supposées contenir la poussière? Où sont les autorités chargées de nous protéger?

    Vous êtes comme toujours invités à faire connaître votre indignation aux différents acteurs concernés.

    • Justement j’ai remarqué durant la même journée, et environ dans les même heures, qu’un épisode de poussière brunâtre a eu lieu non loin de chez moi, un peu au nord de Beauport (proche de l’axe Louis-XIV). Les rafales de vent provenaient du nord-est. Il n’a pas l’ombre d’un doute que Arrimage Québec est encore en cause. Continuez votre combat…

  10. Comme promis je vous reviens avec les détails pour l’audition des 1er et 2 mai prochain sur le dépôt de la requête pour permission de déposer le premier recours collectif, celui sur l’incident du 26 octobre 2012. Je sais que de semaine et de jour c’est jamais évident, mais tous ceux qui le souhaitent peuvent assister, surtout le premier jour. La session est prévue pour 9h30 le 1er mai dans la salle 3.37.

    Que ceux qui ne peuvent se joindre à nous physiquement, nous supportent virtuellement! Nous vous tiendrons au courant.

    • Oui je suis avec vous de tout cœur. Et j’ai hâte de savoir comment ça va aboutir. La grande Radio-Canada, première, de Montréal a même fait un topo `au moins deux reprises! On rit plus!

  11. AVIS DE RÉUNION PUBLIQUE ANNUELLE
    14/04/2014
    L’Administration portuaire de Québec, en vertu de l’article 35 de la Loi maritime du Canada, donne avis qu’elle tiendra, conformément à l’article 34 de ladite loi, sa réunion publique annuelle mercredi, le 14 mai 2014 à 10h, au Terminal de croisières Ross Gaudreault, situé au 84 rue Dalhousie à Québec.
    Les états financiers de l’Administration portuaire de Québec sont mis à la disposition du public à son siège social, au 150, rue Dalhousie à Québec, pour consultation.
    Tous sont invités à assister à la réunion sans autre avis. Pour plus d’information, veuillez contacter M. Anick Métivier, Directeur adjoint, Développement durable et relations avec la communauté au 418-648-3640.

    Mario Girard
    Président-directeur général

  12. Bonjour à tous les vigilants,

    Désolé de ne pas pouvoir communiquer directement avec vous aussi souvent que nous le souhaiterions, la vie et la vigilance active nous tiennent passablement occupées. Vous pouvez néanmoins suivre la revue de presse en temps presque réel sur la page facebook et avec quelques jours de retard sur le site. Vous pouvez aussi suivre les
    discussions sur la page facebook du groupe Non au nickel! Aussi, n’hésitez jamais à nous écrire directement ou nous envoyer des images par vigilanceportdequebec@gmail.com. Nous répondons habituellement dans les 48 heures.

    Le printemps qui arrive enfin aura laissé des traces un peu partout dans le quartier Limoilou. Avec la fonte des neiges, les précipitations atmosphériques des derniers mois se sont concentrées et une coloration rougeâtre est apparue en plusieurs endroits. Vous pourrez très bientôt consulter le diaporama complet sur le site. Il est fort probable qu’il s’agisse d’un restant de l’épisode de poussière rouge rapporté en janvier et pour lequel un avis d’infraction a été émis. Il y a aussi tout le reste, le noir et le gris qui est moins frappant mais tout aussi dérangeant. Nous avons échantillonné la semaine dernière, et quelques jours plus tard notre désormais célèbre bord de fenêtre étaient tout aussi couvert de poussière. Comme quoi, même si certains indicateurs comme le nickel sont en diminution, le problème de fond, lui, reste entier. Avec l’arrivée prochaine d’un nouveau joueur pour le nickel et plus globalement l’important projet d’agrandissement du terminal de Beauport, on a de quoi être très inquiets.

    Autre dossier, l’Administration portuaire de Québec mettait en ligne ce matin son Plan d’action de développement durable 2014-2015. Nous avions été rencontrés par la consultante Johanne Gélinas en juillet dernier, à titre de partie prenante, et nous avons eu droit à deux présentations comme membre du Comité de vigilance des activités
    portuaires. Si nous soulignons l’effort, force est de constater qu’entre ce qui avait été annoncé et ce qui est présenté, il y a un important décalage. De plus, rien dans ce plan d’action ne vient répondre aux préoccupations actuelles et légitimes des citoyens. Vous pourrez aussi, sur le site, consulter dans les prochains jours une synthèse de notre analyse critique de la démarche et du plan, analyse remise à l’Administration portuaire de Québec en février dernier. Nous vous invitons aussi à communiquer vos commentaires et vos préoccupations à Anick Métivier, Directeur adjoint Développement durable et relations avec la communauté à anick.metivier@portdequebec.com

    Finalement, nous serons enfin en cours pour l’audition sur l’autorisation de déposer le premier recours collectif, celui concernant uniquement l’incident du 26 octobre 2012, les 1er et 2 mai prochain au Palais de justice de Québec. L’heure et la salle d’audience vous seront communiquées dès que nous les auront. Ceux qui le peuvent et le souhaitent sont invités à venir nous supporter, les auditions sont publiques, parce que malgré tout ce sera une journée éprouvante. Nous vous rappelons qu’il est d’ailleurs toujours possible de s’inscrire aux deux recours collectifs.

    Nous vous souhaitons malgré tout un beau printemps et nous vous rappelons de rester vigilants!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>